Le sport est bien souvent et à juste titre, associé à la notion de loisir, moyen de divertissement, de développement de la personnalité et de délassement. Paradoxalement, son vocabulaire ('stratégie, victoire, attaque, espionnage...') est celui des actions guerrières.

Le sentiment d'agressivité qui se dégage au cours d'une compétition peut être très fort. Il faut donc des hommes de choix pour que le sport ne soit pas le reflet de la violence ou de l'insatisfaction mais au contraire, un moyen de privilégier la fonction hédonique.

Ces éléments se retrouvent dans les sports mécaniques de compétition mais des exigences supplémentaires y sont associées :

Cadres et conditions de pratiques diversifiés, l'adversaire n'est pas seulement un individu ou une autre équipe, mais la voiture qui est aussi l'outil et le "partenaire".

Les Techniciens de course doivent être d'une part des professionnels qui ont choisi la mécanique comme métier mais aussi des passionnés qui veulent en faire leur activité principale.

Les activités du Technicien de course pourraient s'analyser et se regrouper selon quatre axes :

Dimension relationnelle 
Dimension physique 
Dimension intellectuelle
Dimension motrice

Dimension physique du Technicien de course

Les conditions de travail du Technicien de course sont tout à fait particulières.
Il est confronté aux intempéries, aux changements de climat, à des rythmes irréguliers et travaille souvent de nuit. Il lui faut donc une bonne forme physique, qui doit être contrôlée et entretenue pour qu'il soit au mieux de ses capacités lors des épreuves.

Dimension intellectuelle du Technicien de course

Les capacités techniques du Technicien de course doivent être soutenues par des capacités intellectuelles précises.
Le Technicien doit savoir établir un diagnostic sûr et être capable de prendre des décisions rapidement.
La représentation mentale de l'activité qu'il aura à exercer pour effectuer la réparation doit lui permettre d'organiser celle-ci : les outils nécessaires, le déroulement logique des opérations et le remontage précis et rapide.
Il faut que la réflexion qui précède son action soit au service de celle-ci, pour une efficacité optimum.

Dimension motrice du Technicien de course

Le facteur temps en compétition implique une habileté exceptionnelle de la part du Technicien de course.
 
L'efficacité motrice se caractérise par :
 
- La coordination motrice générale en liaison avec l'équilibre statique et l'activité tonique
- La précision malgré l'accélération de la vitesse
- L'indépendance droite/gauche indispensable dans la coordination
- L'adaptation à l'effort qui modifie la précision du geste et la rapidité
- L'adaptation idéomotrice (représentation mentale de l'acte à accomplir
- L'adaptation sensori-motrice (réaction rapide aux signaux visuels et auditifs)
 
Dans le cadre de la mécanique de course, cette habileté motrice permettra d'améliorer l'efficacité, la qualité du travail et la sécurité du mécanicien.
L'évaluation et le développement des capacités de chacun seront ainsi facilités dans tous les domaines : capacités à vivre et travailler en groupe, capacités d'adaptation, capacités motrices et physiques et capacités techniques.